Panda roux

Le renard de feu de l’Himalaya

Contrairement aux primates, le panda roux n’a pas de pouce opposable. Mais, tout comme le panda géant, il possède dans son poignet un os modifié qui agit comme un pouce. Ce « sixième doigt » lui permet de tenir plus facilement les tiges de bambou entre ses pattes avant. Ses griffes semi-rétractiles et ses poils sous les pattes lui permettent de bien grimper dans les arbres et de ne pas glisser sur des branches humides ou sur la glace.

Solitaire, il ne vit en couple qu’en saison de reproduction. Les accouplements ont lieu au printemps entre les mois d’avril et de juin. Les jeunes restent avec leur mère jusqu’à l’âge d’un an. Animal crépusculaire, il se repose souvent sur les branches en balançant ses pattes dans le vide.

Statut UICN du Panda roux

Statut de conservation de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN)

NA

Non évalué

DD

Données insuffisantes

LC

Préoccupation mineure

NT

Quasi menacé

VU

Vulnérable

EN

En danger

CR

En danger critique

EW

Éteint à l’état sauvage

EX

Éteint

Caractéristiques

Ailurus fulgens

Famille

Ailuridés

Poids

3 à 6kg

Taille

50 à 60cm

Habitat

Népal, Chine, Bhutan, Inde et Myanmar

Statut

En danger

Longévité

10 à 18 ans

Menace

Actuellement, le panda roux connaît une réduction importante de son habitat à cause de la déforestation, du développement des zones d’urbanisation et du braconnage. L’animal est classé « en danger » sur la liste rouge des espèces (IUCN) ; il resterait entre 2 500 et 10 000 pandas roux dans la nature.

Le parc soutient l’association Red Panda Network, qui œuvre au Népal, pour la conservation du panda roux et la sensibilisation des populations locales à sa sauvegarde.

Le saviez-vous ?

Longtemps classé dans la famille des ratons laveurs ou des ours à cause de leurs ressemblances, il est aujourd’hui classé dans sa propre famille, celles des Ailuridés, dont il est le seul membre.

Alimentation

Il se nourrit principalement de bambous mais aussi de champignons, graines, glands, insectes, rongeurs, reptiles, œufs et oiseaux.

Sabrina, soigneuse au parc

Dans notre métier il n’y a pas de routine, il faut savoir s’adapter à tous types de situations et pouvoir réagir rapidement. On s’occupe des espaces dédiés aux animaux et on cherche vraiment à améliorer leur environnement direct, à recréer l’habitat le plus proche de celui d’où ils viennent, c’est très important.

Préparer sa visite

Des questions concernant votre visite ?

Vous avez besoin de plus de renseignements pour planifier votre séjour ? Consultez notre FAQ