Sainte-Croix au cœur d’une Réserve de Biosphère de l’UNESCO !

Image

La Moselle Sud intègre le programme sur l’homme et la biosphère de l’UNESCO

Une reconnaissance mondiale ! Le territoire de Moselle Sud, où se situe le Parc Animalier de Sainte-Croix, intègre officiellement le programme « Man and biosphere » de l’UNESCO et devient la 15ème réserve de biosphère en France.


C’est depuis le Nigéria, que le Conseil International de Coordination de l’UNESCO vient de rendre son
verdict le 15 septembre : Le territoire de Moselle Sud où se situe le Parc Animalier de Sainte-Croix,
intègre officiellement le programme « Man and biosphere » de l’UNESCO.

Une reconnaissance mondiale : la moselle sud devient la 15ème réserve de biosphère reconnue par l’unesco en france !

Près de 1 400 km2 de verdure, 50 000 ha de forêts de conifères et feuillus, plus de 200 espèces d’oiseaux et bien sûr des zones humides à perte de vue, la Moselle Sud héberge une très riche nature.

L’objectif de cette nouvelle réserve ?

Promouvoir un équilibre entre les activités humaines et l’environnement. Caractérisé par l’omniprésence de l’eau, ce patrimoine naturel est une richesse inestimable avec des espèces parfois uniques au monde. La réserve permettra la création d’une aire de développement sans restriction, d’une zone tampon où les activités humaines sont respectueuses de la biodiversité et évidemment d’aires centrales, où la protection de l’environnement sera la priorité.

Cette reconnaissance de l’UNESCO est un privilège pour notre territoire puisqu’on ne compte que 16 réserves de biosphère reconnues par l’UNESCO en France !

Sainte-croix, réserve naturelle de biodiversité avant l’heure

Émerveiller et sensibiliser la population à l’environnement, c’est le but que s’étaient fixés Gérald et Liliane Singer lors de la création du Parc en 1980. Pour atteindre cet objectif quoi de mieux qu’une réserve naturelle de 120 ha qui rassemble tous les écosystèmes locaux, à savoir les plaines, les forêts et les zones humides. Réconcilier l’Homme et la Nature avec pédagogie, a toujours été au cœur du projet du Parc, qui accueille 360 000 visiteurs chaque année dont 25 000 scolaires et qui œuvre pour la protection de la biodiversité locale et mondiale.

Le Parc Animalier de Sainte-Croix est donc très heureux de se trouver au cœur de ce territoire d’exception qui bénéficie désormais d’une reconnaissance mondiale. Les fondateurs du Parc seraient également très fiers de voir que les terres qu’ils ont tant chéries et où ils ont développé le projet de leurs vies, soit reconnues par l’UNESCO. Cette reconnaissance s’inscrit ainsi dans la continuité de l’œuvre de Gérald et Liliane Singer : reconnecter l’Homme à la Nature.

Après avoir été à l’initiative du projet de Réserve de Biosphère de l’UNESCO, Sainte-Croix s’engage résolument dans cette aventure grâce au Fonds de dotation Sainte-Croix Biodiversité qui aux côtés de Center Parcs domaine Les Trois Forêts et de l’Agence Régionale du tourisme Grand Est, a créé en mai dernier un Lab Tourisme et Biodiversité. Doté de 100.000 euros, ce Lab doit permettre la promotion d’un tourisme respectueux de l’environnement en partenariat avec les acteurs locaux.

Du rêve à la réalité : la moselle sud reconnue par l’unesco

C’est depuis le site de l’Etang de Lindre à Dieuze (57) que les différents acteurs du projet ont appris la nouvelle en direct le 15 septembre. Il aura fallu attendre 5 ans pour obtenir cette fameuse reconnaissance de la part de l’UNESCO ! C’est en effet en 2016 que l’idée s’est développée au sein du Conseil de Développement du Pays de Sarrebourg, à travers son président notamment, Pierre Singer.

Le projet est avant tout collectif, réunissant le Pôle d’équilibre Territorial et Rural du Pays de Sarrebourg, le Parc naturel Régional de Lorraine, les communautés de communes de Sarrebourg, du Saulnois et de Phalsbourg et les différents gestionnaires d’espaces naturels du territoire (associations et organismes d’Etat). Ces différents acteurs ont participé à de nombreux ateliers de concertation pour le 1er décembre 2020.

© Crédit photo : Jean Lavergne

Une réserve de biosphère, c’est quoi ?

Lancé par l’UNESCO en 1971, le Programme sur l’Homme et la Biosphère (MAB, Man and Biosphere) encourage et accompagne les pratiques de développement durable. Il s’agit avant tout d’un programme scientifique pour étudier les relations hommes et nature. Les réserves de biosphère sont ainsi conçues pour répondre à une problématique cruciale aujourd’hui : comment concilier la conservation de la biodiversité et le développement des activités humaines ?

Le réseau des réserves s’appuie sur la participation active des acteurs locaux pour conserver le patrimoine naturel et culturel, promouvoir le respect de l’environnement et des cultures locales et développer des activités de recherche et d’éducation.

Retour à la liste

Picto
120 hectares de nature préservée
Picto
1500 animaux en semi-liberté
Picto
130 espèces sauvages et domestiques
Picto
46 Lodges Nature situés au coeur du parc